La nuit européenne des chercheur.e.s Le 29 septembre 2017 à Océanopolis Brest

Le 29 septembre dernier a eu lieu la nuit européenne des chercheur.e.s à Océanopolis Brest. De nombreux chercheurs de différentes disciplines ont participé à cet évènement dans le but de présenter leurs métiers ainsi que leurs travaux au public.
Cette nouvelle édition fut l’occasion d’échanger avec des scientifiques et de découvrir la recherche autrement autour de la thématique : «IMPOSSIBLE » ?
Le centre François-Viète ainsi que l’ENIB (Ecole Nationale d’ingénieurs de Brest) et le CERV (Centre Européen de la Réalité Virtuelle) étaient présents pour présenter les projets en cours.
Des démonstrations de la modélisation 3D des forges de Brest ont eu lieu sur la station de l’ENIB et du CERV.

Poster de présentation de la thèse

Un poster a été réalisé dans le but de présenter le projet de recherche lors des différents évènements où nous intervenons.
Le but est ici de présenter en quelques mots le projet et de mettre en valeurs les principaux axes de recherche.
Les QR-codes placés sous les photographies permettent d’accéder à des vidéos, comme les modélisations 3D par exemple.

Une mission de recherche d’un mois à Venise

Dans le cadre de ce projet de recherche, nous nous concentrons sur des indicateurs spécifiques relatifs à la mobilité ou à des unités de production industrielle des deux arsenaux

 

Pour la mobilité nous étudions : Les grues à mâter du port de Brest (l’une de 1681, l’autre de 1768) et la torre Porta Nuova de Venise construite en 1810 et qui servait de grue à mâter.La grue Gervaise mise en service à Brest en 1863 et la grue Armstrong, Mitchell & Co de Venise de 1883. Le pont tournant de Brest, produit par les usines Schneider et compagnie en 1861 et détruit en 1944.

 

Pour les unités de production industrielle nous étudions : Les corderies de Brest (vieille corderie de 1635, corderie basse de 1706, corderie haute de 1747) et la corderie de l’Arsenal de Venise (1291).Les forges de Brest, et plus spécifiquement le marteau-pilon de 6 tonnes ainsi qu’une grue et l’ensemble des forges de l’arsenal vénitien.

 

Une aide à la mobilité m’a été accordée au printemps 2017 afin de me rendre à Venise dans le but de travailler aux archives et de visiter l’arsenal. Le séjour à eu lieu entre le 15 mai et le 15 juin 2017.

Sur place j’ai été encadrée par M.Pasquale Ventrice du CSA Med et Christophe Austruy doctorant à l’EHESS qui travaille également sur la marine à Venise. Les recherches ont eu lieu aux archives d’état de Venise, à la bibliothèque Nationale Marciana, à la bibliothèque du musée Correr, à la fondation Querini Stampalia au musée naval de Venise ainsi qu’à l’université IUAV de Venise. J’ai ainsi pu consulter de nombreux fonds d’archives dans le but de trouver des informations sur mes indicateurs spécifiques de l’arsenal de Venise.

Le but de ce séjour était également de visiter l’arsenal et les bâtiments présents dans cette étude. Trois visites ont eu lieu grâce à des autorisations militaires, j’ai ainsi pu découvrir les forges, les différentes grues, la corderie et visiter la Tour de la Porta Nuova, qui supportait l’ancienne machine à mâter de l’arsenal de Venise.

L’intérêt de venir sur place était également de tisser des liens avec des laboratoires et des équipes de recherche sur place. J’ai ainsi rencontré Mme Caterina Balletti, responsable scientifique du CIRCE (Laboratorio di Cartografia e Gis)  et enseignant-chercheur à l’université IUAV de Venise. Nous avons pu parler de nos travaux respectifs qui sont relativement proches. En effet, l’équipe de CIRCE a travaillé il y a quelques années sur une modélisation 3D de l’arsenal de Venise. Cette première rencontre fut très prometteuse et permettra peut-être une future collaboration en ce qui concerne l’étude des arsenaux.

Durant ce séjour j’ai également assisté à un colloque à l’Ateneo Veneto sur les paysages de Venise qui a été très intéressant pour mes recherches car il a été question de paysages industriels. J’ai ainsi pu rencontrer bon nombre de chercheurs travaillant sur Venise.

Un workshop sur l’étude des arsenaux est actuellement en préparation à Venise pour 2018.

 

Intervention au Congrès de la SFHST 2017

Le 20 avril 2017 a eu lieu la première communication en lien avec la thèse « Humanités numériques et méthodes de conservation et de valorisation des patrimoines maritimes. L’exemple des arsenaux de Brest et Venise ».

Cette communication faisait partie du symposium : « L’histoire des sciences et des techniques aux musées : entre valorisation de la recherche et nouveaux outils de médiation culturelle des sciences »

Le sujet de la communication était « Le pont tournant de Brest, valorisation d’un patrimoine disparu grâce aux humanités numériques ».

Le but de cette communication était de présenter le travail du consortium de recherche Pam 3D Lab qui a travaillé sur la modélisation 3D du pont tournant de Brest (lien vidéo) et de faire un état des lieux des recherches participatives avec l’Ecole du Petit-Paris de Brest ainsi que l’EHPAD Louise Le Roux.

Voici le résumé de la communication :

résumé colloque Strasbourg

 

 

 

Congrès de la SFHST 2017

Le congrès national de la Société Française d’Histoire des Sciences et des Techniques a eu lieu à l’Université de Strasbourg, du 19 avril au 21 avril 2017.

De nombreux chercheurs se sont réunis pour un état des lieux de la discipline « Histoire des sciences et des techniques ».

 

Voici la liste des Symposia du congrès :

  1. 1968 … une année fatale ou révolutionnaire ? Contributions à une histoire sociale et culturelle de la médecine du sport
  2. Amateurs en sciences : nouvelles perspectives historiographiques
  3. Approche historique des structures de l’archéologie pré et protohistorique aux XIXe-XXe siècles (systèmes, dynamiques sociales et intellectuelles)
  4. Canguilhem et la biologie
  5. Circulations et incursions des sciences sociales dans la géographie française et européenne (XIXe au XXIe siècle)
  6. Enseignant et… : la pluriactivité des enseignants dans le domaine des sciences et des techniques
  7. Femmes, genre, sciences et techniques
  8. Histoire des sciences de la Terre
  9. L’environnement : problème et enjeu de savoir(s) et de pouvoir(s)
  10. L’histoire des sciences et des techniques aux musées : entre valorisation de la recherche et nouveaux outils de médiation culturelle des sciences
  11. L’histoire des vaccins et des vaccinations : quelle pertinence dans les débats actuels ?
  12. La construction d’une science médico-psychologique de l’enfant au XXe siècle
  13. La notion d’ordre au XIXe siècle : entre discours sur les sciences et pratiques scientifiques
  14. Le travail humain : mesure et démesure de l’activité corporelle (XIXe-XXe siècles)
  15. Les scientifiques français dans les organisations scientifiques internationales (1945-1970)
  16. Mathématiques et mathématiciens russes au lendemain des révolutions de 1917
  17. Mesure du temps et mesure spatiale dans l’astronomie moderne (1450-1700)
  18. Mettre le calcul des probabilités à la portée de tous, de Borel à Fréchet et Halbwachs
  19. Modèles et outils numériques au profit du patrimoine scientifique, technique et industriel
  20. Musées, médiations et éducation scientifique: quelle(s) histoire(s), quel(s) public(s)?
  21. Par-delà le problème physique : différences et similitudes dans l’approche de la mécanique quantique et de la relativité générale
  22. Philosophie naturelle dans les traditions de langues arabe, persane et latine, au Moyen Âge et à la Renaissance
  23. Photographie et histoire des sciences
  24. Places et fonctions de l’Histoire des sciences biologiques et géologiques dans l’enseignement et la formation
  25. Politiques du psychique. L’hygiène mentale en Europe au XXe siècle
  26. Scientifiques et amateurs météophiles face aux événements climatiques extrêmes (XVIIe – XIXe siècles)
  27. Symposium SHESVIE – Écologie, homme, environnement en histoire des sciences
  28. Symposium SHESVIE: deux demi-journées de congrès de la Société d’Histoire et d’Epistémologie des Sciences de la Vie
  29. Une approche historique de l’innovation

Colloque Sciences et Histoire aux Capucins de Brest le 2 février 2017

Le jeudi 2 février 2017 a eu lieu à l’auditorium des ateliers des Capucins, un colloque sur les sciences et l’histoire. Cette journée a mêlé conférences,  ateliers de réalité virtuelle et  projets de modélisations afin de faire découvrir au public des facettes étonnantes du Patrimoine.

Cette journée d’échange répondait à l’ambition de croiser et de présenter des sources d’information exploitées tant dans le domaine scientifique qu’historique. Cet évènement s’inscrivait à la fois dans une perspective historique associée à la démarche de labellisation de « ville d’art et d’histoire » et scientifique liée au développement du Technopole Brest Iroise et à l’ouverture du Campus mondial de la Mer.

Ce colloque était organisé par le service Patrimoine de la ville de Brest et le service Historique de la Défense (SHD) avec la participation des étudiants du Master  « Histoires des sciences et des techniques, humanités numériques et médiation culturelle » de l’Université de lettres et de sciences sociales de Brest.

Programme de la journée

 

 

Arsenaux de Brest et Venise

Ce carnet de recherche a pour objectif de présenter l’avancée des travaux sur le projet de thèse « Humanités numériques et méthodes de conservation et valorisation des patrimoines maritimes. L’exemple des arsenaux de Brest et Venise » préparé au Centre François Viète de Brest. Le projet de recherche se situe dans le champ des humanités numériques à l’articulation entre deux domaines : Patrimoine, histoire des sciences et des techniques et humanités numériques. Il s’articule en plusieurs questionnements à mener en parallèle dans un mode comparatiste concernant deux arsenaux (Brest et Venise) dans le cadre d’une collaboration internationale avec le Centro studi arsenale di Venezia.

Dans une approche systémique et historique considérant l’arsenal comme un macrosystème technologique complexe, il s’agit dans le champ de l’histoire des sciences et des techniques de :

– Établir et de comparer le cycle d’évolution et les pratiques des deux arsenaux du point de vue scientifique et technologique depuis leur création jusqu’à aujourd’hui à partir des indicateurs spécifiques que sont les quais, les formes de construction ou de réparation, les grues, les ponts ainsi que des unités de production comme par exemple les forges ou les corderies.

– Construire et valider de nouvelles méthodes en humanités numériques de conservation et valorisation du patrimoine et des pratiques industrielles dans les arsenaux basées sur le développement d’une chaîne de production de données impliquant des travaux en modélisation des connaissances en histoire :

1) En web sémantique : création d’une ontologie de référence dédiées aux arsenaux associé à une bibliothèque thématique avec la plateforme symogih.org en collaboration avec le LARHRA (UMR 5190) à Lyon

2) En 3D virtuel et interactif : mise au point de routines de production et de valorisation d’archives 3D statiques et dynamiques d’espaces industriels associées à des procédures de captation des gestes techniques, de reconstruction d’environnement industriel en 3D virtuel et interactif en collaboration avec le Centre Européen de Réalité virtuelle en vue de la création d’un conservatoire des métiers des arsenaux.