Étude de l’un des indicateurs spécifiques du projet : La grue hydraulique Armstrong, Mitchell & Co de l’arsenal de Venise

Photographie personnelle- mai 2017

Historique de la grue hydraulique de l’Arsenal de Venise

La transformation la plus radicale des chantiers navals dans l’histoire de la navigation, depuis ses origines, a eu lieu au cours du XIXe siècle. En raison de l’évolution technologique et des chantiers navals, on observe le développement de machines dont l’un des principaux protagonistes était la société fondée par William George Armstrong. Armstrong a commencé ses recherches sur les applications de l’équipement de levage hydraulique à la fin des années 30 et l’a développé au cours des années suivantes, avec son partenaire George Rendel. Ensuite, l’entreprise Armstrong Mitchell & Co. est fondée par Sir William George Armstrong en 1847. Dans les années quatre-vingt il incorpore la société Charles Mitchell et C.
Les grues produites par Armstrong, Mitchell et Co. entre 1877 et 1905 sont à la pointe de l’innovation technologique du 19ème siècle dans le domaine des machines de levage. Les premiers changements importants dans ses grues hydrauliques concernent l’introduction de l’accumulateur hydraulique, qui a permis de stocker une certaine quantité de fluide à pression constante. Au début des années 70, tous les ports anglais ont été équipés de grues hydrauliques. Au cours de ces années, de nouvelles recherches ont été effectuées afin de produire des grues à grande échelle munies d’une partie pivotante pour répondre aux plus grands besoins de la construction navale. Ces grues, présentant des capacités de charge comprises entre 100 et 160 tonnes, se caractérisent par un sous-sol en maçonnerie muni d’une piste circulaire, d’une flèche et d’un mécanisme de levage.

La première de ces grues fut installée à La Spezia en 1876, les autres à Bombay, Liverpool, Malte, Tarente, Pozzuoli et deux au Japon (1892 et 1905). Le besoin d’une grue de cette envergure dans l’arsenal de Venise a émergé en 1881 en raison de la décision de construire le cuirassé Francesco Morosini. En 1883, la grue fut commandée directement par la marine italienne dans le cadre d’un plan d’agrandissement et de modernisation de l’Arsenal de Venise. La grue commence à fonctionner en 1885. Au début du 20ème siècle, on change son mode de fonctionnement, la machine à vapeur est remplacée par un moteur électrique. La grue est restée en opération pendant environ 30 ans, jusqu’à la Première Guerre mondiale, quand elle a subi quelques dommages. Le vérin de levage de la grue a été mis hors service en 1940. La grue a tout de même continué à remplir sa fonction à l’aide d’un treuil, endommagé en 1946, mais réparé instantanément. En raison de la non-utilisation de l’arsenal de Venise à des fins militaires, la grue a cessé de fonctionner au cours des années cinquante du siècle dernier.

Les caractéristiques de l’engin de levage

La grue est composée de deux parties distinctes : Une structure du sous-sol fixe en maçonnerie et une structure d’élévation mobile qui comprend une plate-forme tournante, une structure de réseau du bras et un système de levage hydraulique. La structure d’élévation mobile comprend une sellette d’entraînement, une plaque tournante, des blocs coulissants, un bras de muselière et un poids d’équilibrage. La sellette d’entraînement est construite en fonte et en fer. Elle est composée d’un anneau de roulement et d’une couronne dentée en fonte, de 96 rouleaux en fonte, d’un anneau en tôle de fer avec structure en caisson, d’une structure en fer composée de tiges. La plaque tournante est complètement construite en fer puddlé et glisse sur les roulettes en dessous au moyen d’un coulisseau en fonte. Le contrepoids de la grue est rempli de pierres et de fer pour un poids total de 400 tonnes, dont la moitié est requis pour l’équilibre de la machine et l’autre moitié pour compenser la capacité de 160 tonnes de l’engin. La grue est composée de deux systèmes de levage: Un vérin hydraulique pour des charges allant jusqu’à 160 tonnes et un palan à chaîne pour des charges allant jusqu’à 40 tonnes. Le vérin hydraulique d’un poids de 35 tonnes, a une hauteur d’environ 14 mètres pour un diamètre de 90 cm.  Le treuil auxiliaire est un système de levage traditionnel, actionné par des moteurs à vapeur, pour des charges allant jusqu’à 40 tonnes. Le vérin hydraulique de levage de 18 mètres, tandis que celle de l’appareil de levage est de 30 mètres. La hauteur totale de la grue à partir du niveau de quai est de 36 mètres.

Bettiol G., “An integrated approach for restoration and conservation of cultural heritage structures: history, materials, and structural behavior. The arsenal of Venice”, Thèse, Université de Padoue.

L’état actuel de la grue

En 2004, la “Soprintendenza di Venezia” a obtenu un financement du “Venice in Peril Fund” dans le but d’assurer la sécurité de la grue et le début d’un projet de restauration. Des campagnes d’observation, des enquêtes et des recherches historiques sont réalisées afin de définir les étapes du projet. Les étapes de l’opération d’enquête sont: la recherche historique, l’enquête de contrôle, et la documentation photographique. Les techniques utilisées pour ces enquêtes étaient la topographie, la photogrammétrie, le balayage laser, ainsi que la mesure et la photographie. Des enquêtes sur les matériaux ont également été menées pour déterminer leur l’état de conservation. Ces nombreuses enquêtes témoignent d’une très forte corrosion de nombreux éléments dus entre autre, aux agents chimiques dus à l’environnement marin et à la présence d’humidité. Au cours du siècle dernier, les grandes grues de la compagnie Armstrong ont été démantelées une par une. La dernière à être démantelé en 1992, était à La Spezia. La grue hydraulique de Venise est désormais le seul témoin de l’habileté technique du constructeur. Par conséquent, pour son cadre unique et pour sa qualité de construction particulière, la grue hydraulique de Venise est une partie importante du patrimoine industriel et de la construction navale.

Un projet d’étude intégrant la grue Armstrong, Mitchell & Co

Un grand projet de recherche sur l’étude de l’arsenal de Venise a été mis en place par l’université IUAV et le laboratoire CIRCE (Laboratorio di cartografia e GIS – Caterina Balletti). Il s’agit d’un laboratoire de Cartographie qui oriente et développe ses activités de recherche et d’expérimentation pour la récupération de l’information et du patrimoine cartographique utiles à la connaissance des caractères et aux transformations du territoire dans ses aspects pluridisciplinaires. La cartographie est étudiée et appliquée surtout sous sa forme numérique, ce qui permet de stocker et de structurer les données spatiales dans le but de construire les bases d’information, des «Systèmes d’Information Territoriaux». Ce projet « Seconde chance – From industrial use to creative Impulse » appelé “ Visualizing Venice, exploring the city past” a pour intérêt d’utiliser les nouvelles technologies pour l’étude, mais également pour la conservation du patrimoine culturel et industriel que constitue l’arsenal de Venise en s’appuyant sur des cartes.

Le programme de recherche a été divisé en quelques étapes principales :

  1. La collecte de toutes les données pour l’analyse et l’étude du complexe urbain.
  2. Archiver et cataloguer des données iconographiques dans une base de données.
  3. La gestion des données collectées dans un système d’information géographique comme base de reconstitutions rigoureuses de l’histoire de l’arsenal.
  4. La représentation de l’histoire des événements de bâtiments à travers des modèles qui résument l’analyse et l’interprétation de données.
  5. L’identification et la définition d’une méthode de communication à travers les dispositifs numériques.

Grace à l’étude des cartes comprises dans les bases de données, ce projet a permis la création d’un modèle 3D de l’arsenal de Venise sur 10 phases d’expansion. L’implantation de la grue Armstrong Mitchell & Co, correspond à l’une de ces phases d’expansion de l’arsenal et est donc présente dans ce modèle 3D.

L’intérêt de ce projet, en plus de valoriser le site de l’arsenal de Venise, est d’utiliser des archives anciennes et de coupler leur étude avec les nouvelles technologies.

L’intérêt de l’étude de cette grue dans le projet de recherche

La thèse « Humanités numériques, méthode de conservation et de valorisation des patrimoines maritimes. L’exemple de l’arsenal de Brest et de Venise » a pour but d’étudier l’évolution des deux arsenaux d’un point de vue scientifique et technique, en s’appuyant sur des indicateurs spécifiques.

La grue hydraulique de l’arsenal de Venise est l’un de ces indicateurs spécifiques. L’arsenal de Brest était également doté d’une grue hydraulique, on appelait celle-ci « la grue de l’artillerie » car elle se trouvait sur le quai du même nom rive droite de la Penfeld entre le pont tournant et les formes de radoub de Pontaniou. Il existe très peu d’informations sur cette grue, et sa date de destruction est inconnue. Cette grue aurait été construite en 1881 par la société MM. Bon et Lustremant. La particularité de cette grue est qu’elle emploie de l’eau sous pression comme moyen de transmission de l’énergie entre la machine à vapeur et le croc destiné à soulever le fardeau. Les caractéristiques de la grue hydraulique de Brest sont très proches de celles de la grue de Venise. Elle se compose d’une structure en maçonnerie, d’une charpente en fer composée d’une volée faite de deux bigues et d’un contrepoids. Tout comme la grue de Venise, elle tourne autour d’un pivot en fer. Il est particulièrement intéressant de pouvoir étudier ces deux engins de levage et de comparer leurs caractéristiques techniques, mais également leurs utilisations ainsi que leur cycle de vie : construction/utilisation/obsolescence/destruction.

Fond Villard – Sdap Finistère

Les thématiques de recherche du Centre François Viète de l’université de Brest et du CIRCE de l’université IUAV de Venise sont relativement proches. En effet, les deux laboratoires ont pour vocation de conserver et de valoriser le patrimoine culturel et industriel des arsenaux grâce aux nouvelles technologies. Les procédures sont différentes mais pourtant parfaitement complémentaires.

Une mise en réseau des deux laboratoires serait une formidable opportunité de créer un réseau européen sur la valorisation des arsenaux à travers l’étude des outils et des unités de production industrielle, mais également de l’activité et des savoir-faire concernés.

 

Bibliographie :

La Nature, La grue de 160 tonnes de Toulon, Août 1883.

Balletti C., Guerra F., Historical Maps for 3D Digital City’s History, “Cartographica: The International Journal for Geographic Information and Geovisualization” ,Vol. 51, N°3, 2016, pp. 115-126.

Bettiol G., “An integrated approach for restoration and conservation of cultural heritage structures: history, materials, and structural behavior. The arsenal of Venice”, Thèse, Université de Padoue,

Bovolenta, A. “La grande La grande gru idraulica dell’Arsenale di Venezia: storia, caratteri costruttivi e problematiche di conservazione,” Thèse, Université IUAV de Venise, 2005.

Menichelli, C.,  “Le trasformazioni dell’Arsenale di Venezia tra il 1866 e la prima guerra Mondiale in G. Rossini,” Venezia tra arte e guerra 1866-1914, Milano, Mazzotta, 2003.

Menichelli, C, Lionello, A, and Bovolenta, A.“La gru idraulica Armstrong dell’Arsenale di Venezia”, TICCIH 2006, Terni, 2006.

Nascè, V (1994). “La gru idraulica dell’Arsenale di Venezia,” Palladio, anno VII, n.14, Rome, 1

 



Citer ce billet
Marie-Morgane Abiven (2018, 22 mars). Étude de l’un des indicateurs spécifiques du projet : La grue hydraulique Armstrong, Mitchell & Co de l’arsenal de Venise. Arsenaux de Brest et Venise - Carnet de Recherche de Marie-Morgane Abiven, Doctorante au Centre François Viète (UBO Brest). Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m4so

Une réflexion sur « Étude de l’un des indicateurs spécifiques du projet : La grue hydraulique Armstrong, Mitchell & Co de l’arsenal de Venise »

  1. Très intéressant votre travail ! Les humanités numériques démontrent chaque jour leur applicabilité aux différents domaines des sciences sociales.
    C’est un travail nécessaire pour conserver la mémoire des connaissances et des techniques du passé.
    Bon courage et toujours à votre disposition.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search